esbroufe


esbroufe

esbroufe [ ɛsbruf ] n. f.
• 1827; esbrouf « coup de force » 1815; mot provenç. esbroufer
Fam. Étalage de manières fanfaronnes, air important par lequel on cherche à en imposer. bluff, chiqué, embarras, épate, flafla, frime. Faire de l'esbroufe. esbroufer. Faire qqch. à l'esbroufe (cf. À l'estomac, au culot). Y aller à l'esbroufe.

esbroufe nom féminin Familier Action d'esbroufer ; bluff, chiqué : Faire de l'esbroufe.esbroufe (difficultés) nom féminin Familier Orthographe Avec un seul f. ● esbroufe (expressions) nom féminin Familier À l'esbroufe, en essayant d'en imposer par son assurance ; à l'estomac. Vol à l'esbroufe, vol qui se pratique en bousculant la personne qu'on veut dévaliser. ● esbroufe (synonymes) nom féminin Familier Action d' esbroufer ; bluff, chiqué
Synonymes :
- bluff (familier)
- chiqué (familier)
- épate (populaire)
- fla-fla (familier)
- manières
Contraires :
- simplicité
- spontanéité

esbroufe
n. f. Fam. Air important, comportement fanfaron par lequel on cherche à impressionner qqn. Faire de l'esbroufe.
à l'esbroufe: au bluff.

⇒ESBROUF(F)E, (ESBROUFE, ESBROUFFE)subst.
Fam. Déploiement de manières et de propos fanfarons et hâbleurs pour en imposer ou étourdir l'entourage. Faire de l'esbroufe; un coup d'esbroufe. (Quasi-)synon. bluff, épate. Enfin tout l'esbrouffe du commerce, on achète l'avis des hommes de science ou d'art (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 317). Et puis cette méchante peste de Mme Dethieux peut faire dans le monde autant d'esbroufe qu'elle voudra (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 162) :
Ce sera Duras qui mènera tout, et vous savez s'il aime à faire des embarras, dit le duc qui n'était jamais arrivé à connaître le sens précis de certains mots et qui croyait que faire des embarras voulait dire faire non pas de l'esbroufe, mais des complications.
PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 239.
P. méton. Moyen tapageur, manifestation faisant sensation pour en imposer. Elle avalait comme parole d'Évangile toutes ses balivernes, ses esbroufes (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 128).
Locutions
Obtenir qqc. à l'esbroufe. Obtenir quelque chose par bluff, hâblerie, de façon plus ou moins honnête. Enlever un contrat à l'esbroufe; le faire à l'esbroufe. Afin de cacher, de son bicorne de général, grade acquis par l'escroquerie, à l'esbroufe (...) le trou de sa culotte (ARNOUX, Roi, 1956, p. 169).
Vol à l'esbroufe. Vol pratiqué en bousculant violemment une personne et en profitant de son ébahissement pour la délester. L'Allemand est un excellent tireur à l'esbrouffe, genre de vol très ancien, consistant à bousculer violemment une personne, et profiter de son ahurissement pour lui enlever son portefeuille (MACÉ, Joli monde, 1887, p. 155).
Rem. Tous les dict. gén. consultés font de ce terme un subst. fém. sauf LITTRÉ et GUÉRIN 1892 qui le donnent comme masc. Le genre est gén. peu apparent en raison de l'art. déf. l', et les auteurs eux-mêmes divergent quant au genre de ce subst. bien que le fém. soit plus fréquemment utilisé. Ça reçoit, ça fait, comme nous disons, un esbrouffe du diable (BALZAC, Comédiens, 1846, p. 323). Tu as pris un mauvais moment pour faire une esbrouffe pareille (HALÉVY, Fam. Cardinal, 1883, p. 159).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1932 avec 1 f; cf. aussi ds LITTRÉ, DG, Nouv. Lar. ill., ROB. et QUILLET 1965. Avec 2 f ds BESCH. 1845 et Lar. 19e. On admet les 2 orth. ds GUÉRIN 1892 et ds Lar. 20e-Lar. Lang. fr. Les auteurs, tant du XIXe que du XXe s., utilisent les 2 graph. avec, semble-t-il, une préférence pour l'orth. avec 2 f. Étymol. et Hist. 1. Ca 1815 esbrouf « coup de force » (WINTER, Chanson ds Mém. de Vidocq, t. III, p. 296 d'apr. G. Esnault ds Fr. mod. t. 14, p. 58); 1821 grinchir à l'esbrouff « voler avec coup de force » (ANSIAUME, Arg. bagne Brest, f° 11 v°, § 282); 2. 1827 esbrouffe « air important » (Un Monsieur comme il faut, p. 17). Prob. empr. au prov. mod. esbroufe, niçois esbrouf, propr. « ébrouement », aussi « gestes brusques, tapage, embarras » (cf. faire sis esbroufe, faire d'esbroufe « se donner de grands airs »; v. MISTRAL), déverbal de esbroufa (esbrouffer). Fréq. abs. littér. :16. Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 263, 272. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 90. — QUEM. DDL t. 2. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 237. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 505, 511.

esbroufe [ɛsbʀuf] n. f.
ÉTYM. 1827; esbrouf « coup de force », 1815; mot provençal. → Esbroufer.
1 Fam. Étalage de manières fanfaronnes, air important par lequel on cherche à en imposer. Bluff, chiqué, embarras, épate, flafla, frime, poudre (aux yeux). || Faire de l'esbroufe. || Faire qqch. à l'esbroufe. → Au culot, à l'estomac. || Y aller à l'esbroufe. || Attention, ce n'est que de l'esbroufe ! → C'est de la mise en scène. || Obtenir qqch. à l'esbroufe, par le bluff.
1 (Il) croyait que faire des embarras voulait dire faire non pas de l'esbroufe, mais des complications.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. VII, p. 76.
2 (…) une prodigieuse action de séduction exercée, presque à l'esbroufe, par Talleyrand, sur l'envoyé russe (…)
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Vers l'Empire d'Occident, XIII, p. 168.
3 Le faux dans les sentiments, la boursouflure de X…, l'esbroufe d'Y… leur ont donné le pas sur Chardonne (…)
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 39.
2 (1821). Argot. || Vol à l'esbroufe, pratiqué tandis que la victime est bousculée par le voleur ou ses compères.
CONTR. Naturel, simplicité, sincérité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • esbroufe — (è sbrou f ) s. m. Terme populaire et trivial. Faire de l esbroufe, faire ses esbroufes, faire de l embarras, se donner de grands mouvements pour rien. ÉTYMOLOGIE    Ch. Nisard, Revue de l Instruction publique, 2 août 1860, trouvant dans des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ESBROUFE — n. f. Manières fanfaronnes et bruyantes, hâbleries de gens qui veulent en imposer aux autres. Faites de l’esbroufe. Il est très familier. Vol à l’esbroufe, Vol qui se fait en bousculant et en étourdissant les gens que l’on veut dépouiller …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • esbroufe — n.f. Bluff, vantardise, épate. Vol à l esbroufe, au cours d une bousculade …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Vol à l'esbroufe — ● Vol à l esbroufe vol qui se pratique en bousculant la personne qu on veut dévaliser …   Encyclopédie Universelle

  • À l'esbroufe — ● À l esbroufe en essayant d en imposer par son assurance ; à l estomac …   Encyclopédie Universelle

  • roufe — esbroufe …   Dictionnaire des rimes

  • esbrouffe — ⇒ESBROUF(F)E, (ESBROUFE, ESBROUFFE)subst. Fam. Déploiement de manières et de propos fanfarons et hâbleurs pour en imposer ou étourdir l entourage. Faire de l esbroufe; un coup d esbroufe. (Quasi )synon. bluff, épate. Enfin tout l esbrouffe du… …   Encyclopédie Universelle

  • esbroufer — [ ɛsbrufe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1835; provenç. esbroufa « s ébrouer », it. sbruffare « asperger par la bouche, le nez » ♦ Fam. En imposer à (qqn) en faisant de l esbroufe. ⇒ bluffer, épater. Il cherche à nous esbroufer (moins cour. que… …   Encyclopédie Universelle

  • esbroufeur — esbroufeur, euse [ ɛsbrufɶr, øz ] n. • 1836; de esbroufer ♦ Fam. Personne qui fait de l esbroufe. ⇒ bluffeur, fanfaron, frimeur. « Swann, avec son ostentation, avec sa manière de crier sur les toits ses moindres relations, était un vulgaire… …   Encyclopédie Universelle

  • bluff — [ blɶf ] n. m. • 1840; mot angl. amér. 1 ♦ Aux cartes, Attitude destinée à impressionner l adversaire en lui faisant illusion. 2 ♦ (1895) Attitude destinée à en faire accroire, à intimider l adversaire sans en avoir les moyens. ⇒ mensonge,… …   Encyclopédie Universelle